3 Licences

3.1 Qu’est-ce qu’une licence

Une licence est un contrat commercial passé entre un éditeur de logiciel et un utilisateur. Il définit les conditions d’utilisation du logiciel par le client.

Il est possible de distinguer deux types principaux:

  • licences dites “propriétaires” ou “privatives”
  • licences dites “libres”

Cette distinction se fait sur les possibilités offertes à l’utilisateur d’accèder, modifier et distribuer le code source du logiciel.

3.2 Licences propriétaires

Avec ces licences, il est possible d’exploiter le logiciel selon les conditions définies par l’éditeur (nombre de poste, transfert). Comme exemple de ces logiciels privateurs nous pouvons citer Apple iOS, Microsoft Windows et Office, Adobe Illustrator ou ESRI ArcMap.

Cette possibilité est souvent permise pour l’achat d’une licence. La durée est souvent définie: à vie, un an, mensuelle.

Il existe aussi des logiciels de type “Freemium” ou “Freeware”, dont l’usage des fonctionnalités de base est offert mais l’accès à des fonctionnalités avancées peut être payant.

Même dans le cas de la gratuité de l’application, il n’est pas possible d’accèder au code source de l’application. “Cracker” celui-ci pour y accèder est une infraction à la propriété intellectuelle de l’auteur.

3.3 Licences libres

Au contraire des licences propriétaires, les licences libres (ou OpenSource) permettent (et encouragent !) l’accès au code source, sa modification et sa redistribution. La plupart permettent un usage commercial ou dans une application commerciale. C’est le cas de la bibliothèque OpenSSL (qui permet le chiffrage et l’authentification des échanges électroniques, OpenSSL est notamment utilisé dans le secteur bancaire).

En revanche, les licences libres n’offrent aucune garantie et aucun recours en cas d’incident. Les développeurs ne sont pas responsables de l’usage fait. Il est possible de recourir à des sociétés de services pour assurer la continuité du service et la correction des bogues.

Libre ne veut pas dire forcément gratuit. Les coûts de développement et de diffusion sont supportés collectivement. Certains projets libres donnent accès au code source mais les binaires sont payants (cas de la distribution Linux RedHat) ou non libres (Microsoft VS Code). Cela n’empêche pas la création d’alternatives gratuites à partir du code source (distribution Linux CentOS à partir du code source de RedHat, ou VS Codium à partir de celui de VS Code).